American Apparel serait trop ?

American Apparel c’est quoi, c’est LA marque de basics, de tees, de leggins, de slibards, de chaussettes de toutes les couleurs et sans logo. Idéal pour les petites boutiques qui impriment leurs T-shirts.

Même si ce n’est pas nouveau, les grosses difficultés financières se sont officialisées il y a quelques jours. L’annonce c’est faite avec une baisse des ventes de 16% dans les boutiques de la marque et une dette de 120M$ qui augmente de presque 30M$ par an. Je ne suis pas très calé en finance mais de l’avis des experts, ça sent vraiment mauvais.

Pourtant, le commerce de textile est en bonne forme quand les concurrents d’American Apparel (comme UNIQLO) parlent de recettes record. En fouillant un peu le web, plusieurs raisons de cette faillite annoncée sont données, même si aucune n’est clairement à l’origine de la dégringolade.

En simple et d’après moi, American Apparel serait trop.

Trop sexe dans sa communication ?

Le sexe fait vendre, c’est connu et vérifié. Mais tenter de refourguer des leggins et autres chaussettes montantes à des femmes avec des photos franchement osées, justement faut oser. On est bien loin de l’esprit original de la marque et plus près de la réputation du fondateur de la marque.

Trop Dov Charney ?

Cet entrepreneur était adulé par les professionnels du business et par les journalistes il y a quelques années pour être maintenant traité de pervers despotique. Les scandales et les plaintes sont réguliers. Harcèlement sexuel, licenciement abusif, etc.. Mais là aussi nous sommes loin de l’esprit AA. L’an dernier, Dov Charney a été forcé par l’administration américaine de licencier 1 500 employés qui étaient en situation irrégulière. Alors qu’on sait que ces employés immigrés était payés au-dessus du minimum légal et que la marque cherchait un moyen de régulariser la situation. Une contradiction qui semble permanente chez la marque et son créateur.
Trop vite ?

L’expansion très (trop) rapide de la marque est aussi une raison de l’endettement énorme. Depuis 2003, la marque a ouvert 279 boutiques dans 20 pays et compte plus de 10 000 employés. La fabrique de vêtements 100% coton est devenu un géant en quelques années.Peut-être trop rapidement pour être gérable correctement.

Trop équitable ?

 
Le principe de départ d’American Apparel c’est le vêtement 100% coton et 100% USA. Alors que l’ensemble de l’industrie délocalisait en Asie, AA a fait sont succès en se démarquant avec des produits de qualités et une étique claire : coton américain, usine à Los Angeles et salariés mieux payés que la moyenne. Seul problème, les couts élevés et à l’heure de la crise, les gens s’intéressent plus au rapport qualité/prix qu’à l’origine des matières premières. American Apparel est devenu cher.

Nous devrions connaitre le sort final d’American Apparel et de son dirigeant dans les prochains mois. En attendant, je vais mettre mes T-shirt imprimés sur de l’American Apparel de coté. Ils risquent de devenir collectors d’ici quelque temps.

Petit coucou à MeliMel_Oo avec qui j’en ai rapidement discuté et qui m’a donné envie de creuser un peu le sujet.

Source Source Source Je mets des sources un peu pèle-mêle, j’ai pris des informations d’un peu partout.

Le site d’American Apparel.

Même si ce n’est pas nouveau, les grosses difficultés financières se sont officialisées il y a quelques jours. L’annonce c’est faite avec une baisse des ventes de 16% dans les boutiques de la marque et une dette de 120M$ qui augmente de presque 30M$ par an. Je ne suis pas très calé en finance mais de l’avis des experts, ça sent vraiment mauvais.

Pourtant, le commerce de textile est en bonne forme quand les concurrents d’American Apparel (comme UNIQLO) parlent de recettes record. En fouillant un peu le web, plusieurs raisons de cette faillite annoncée sont données, même si aucune n’est clairement à l’origine de la dégringolade.

En simple et d’après moi, American Apparel serait trop.

Trop sexe dans sa communication ?

Le sexe fait vendre, c’est connu et vérifié. Mais tenter de refourguer des leggins et autres chaussettes montantes à des femmes avec des photos franchement osées, justement faut oser. On est bien loin de l’esprit original de la marque et plus près de la réputation du fondateur de la marque.

Trop Dov Charney ?

Cet entrepreneur était adulé par les professionnels du business et par les journalistes il y a quelques années pour être maintenant traité de pervers despotique. Les scandales et les plaintes sont réguliers. Harcèlement sexuel, licenciement abusif, etc.. Mais là aussi nous sommes loin de l’esprit AA. L’an dernier, Dov Charney a été forcé par l’administration américaine de licencier 1 500 employés qui étaient en situation irrégulière. Alors qu’on sait que ces employés immigrés était payés au-dessus du minimum légal et que la marque cherchait un moyen de régulariser la situation. Une contradiction qui semble permanente chez la marque et son créateur.

Trop vite ?

L’expansion très (trop) rapide de la marque est aussi une raison de l’endettement énorme. Depuis 2003, la marque a ouvert 279 boutiques dans 20 pays et compte plus de 10 000 employés. La fabrique de vêtements 100% coton est devenu un géant en quelques années.Peut-être trop rapidement pour être gérable correctement.

Trop équitable ?

Le principe de départ d’American Apparel c’est le vêtement 100% coton et 100% USA. Alors que l’ensemble de l’industrie délocalisait en Asie, AA a fait sont succès en se démarquant avec des produits de qualités et une étique claire : coton américain, usine à Los Angeles et salariés mieux payés que la moyenne. Seul problème, les couts élevés et à l’heure de la crise, les gens s’intéressent plus au rapport qualité/prix qu’à l’origine des matières premières. American Apparel est devenu cher.

Nous devrions connaitre le sort final d’American Apparel et de son dirigeant dans les prochains mois. En attendant, je vais mettre mes T-shirt imprimés sur de l’American Apparel de coté. Ils risquent de devenir collectors d’ici quelque temps.

Petit coucou à MeliMel_Oo avec qui j’en ai rapidement discuté et qui m’a donné envie de creuser un peu le sujet.

Source Source Source Je mets des sources un peu pèle-mêle, j’ai pris des informations d’un peu partout.

Le site d’American Apparel.

http://smart-tees.net/wp-content/uploads/2010/08/AA-xtract.png

© 2010 – 2012, Smart-Tees. All rights reserved.


  1. david dit :

    Bonne analyse! Le problème de la mode c’est qu’elle se démode. La crise actuelle n’arrange pas les affaires de AA. A cela s’ajoute la concurrence des gros de la fast fashion qui font des basics (uniqlo, topshop, H&M …). Et en voulant diversifier les produits , les collections et les coupes (shorty, chemises, lunettes, pantalons, bref des centaines de produits…) AA a augmenté ses couts de production. Problèmes de prix, de qualité, d’image … Ça me fait penser au destin de la marque Chevignon dans les années 80.

Leave a Reply

Publicité
loading..